29/05/2019             Quelles options pour le commerce demain?

 

De tous temps les mêmes questions : « quel assortiment »  « quelle surface » quel emplacement « quelle gamme de prix »
Avec quelle politique commerciale, quelle enseigne , quelle forme juridique…
Voilà que ces choix sont encore plus déterminants en fonction des habitudes actuelles et du style de vie des consommateurs.
Les ventes à distance avec internet, le poids des stocks, le coût de la logistique, une chose est sûre il faut sans cesse se remettre sur l’ouvrage. Les magasins spécialisés surtout en électroménager, TV, ordi, téléphones, articles de sport ont déjà modifié l’assortiment des hypermarchés et ont libéré des surfaces. Pour les GMS encore faut-il oublier les plus de 20000 m², mais présenter une offre adaptée. Espace jouets amovibles en fonction des saisons, espace cadeaux pourquoi pas selon les fêtes, espace détente jeux pour enfants…
Tout cela peut donner des pistes mais il y a aussi la difficulté à bien combiner l’ensemble. Prenons un exemple. Le consommateur mange moins de viande mais veut de la meilleure qualité et des conseils. Peut-on prendre le risque d’employer de grands professionnels si le chiffre ne le permettra pas?  De plus la main d’œuvre spécialisée se recherche de plus en plus et l’on voit fleurir une centralisation des métiers de bouche actuellement.
Quand on chiffre l’investissement d’une surface moderne de vente on est obligé de planifier un retour sur investissement sur 10 ans ou plus actuellement !
Devrait-on aller vers une surface modulable pour assurer une pérennité au magasin et un gage de continuation pour le personnel. Ce dernier a besoin de trouver sa place sur l’échiquier, tous les postes sont importants et l’entreprise doit devenir la maison commune pour les objectifs.
Suis-je trop idéaliste? Comme Jacques Defforey en son temps prédisait « les hommes échouent non pas par inintelligence mais par manque de passion ».
Ce qui est certain pour amener au bon fonctionnement des surfaces de vente c’est une recherche permanente de modernité (matériel, équipement, management aussi). Donnons des idées, récompensons les propositions du personnel quant elles profitent à la collectivité. A ne pas négliger l’étude de marché des consommateurs des zones de chalandises, aller chercher même en zone 3 des clients mais ces derniers doivent trouver sur place des propositions, des prix et des services à la mesure des publicités et autres PLV sinon la sanction tombera.
Élément important à suivre continuellement le panier moyen et le nombre de débits ce qui alertera en cas de concurrence sur tel ou tel rayon du magasin.
Être responsable c’est de ne pas se mettre la tête dans le guidon mais faire évoluer son affaire : s’informer sur les nouveautés, aller voir la concurrence, lire des journaux professionnels, animer son équipe. Il faut croire à un assortiment et des surfaces modulables selon les saisons, les fêtes, l’anniversaire du magasin .
Gestionnaire, passionné avec un sens prononcé des relations humaines comment le chef d’entreprise pourrait-il faire fausse route. Dans le contexte actuel saluons le courage de tous les entrepreneurs en France.

 

RB.

Belaman Recrutement, le spécialiste du recrutement de la grande distribution.

https://www.belamanrecrutement.fr